Nos écoles ont-elles besoin d’un plus grand nombre de forêts comestibles ?

Mar 21, 2022

Une forêt comestible (aussi appelée une forêt nourricière ou un jardin-forêt) est un espace où l’on plante toute une diversité d’espèces sans laisser place au hasard. C’est un espace qui imite la nature et s’y intègre au lieu de s’y opposer. Les forêts comestibles ont une conception « à strates multiples » et comprennent généralement un couvert de grands arbres, un sous-étage d’arbres fruitiers de plus petite taille, des arbustes fruitiers, des plantes herbacées, des espèces de couverture végétale, des plantes grimpantes et des cultures racines (voir figure 1).

Exemples de plantes que l’on retrouve dans les écoles du Nouveau-Brunswick :

  • Couvert : érable, robinier faux-acacia, noyer cendré et mûrier 
  • Sous-étage : arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, etc.) 
  • Arbustes : groseilles, camerises et framboises 
  • Plantes herbacées : consoude officinale, fleurs sauvages et phacélie 
  • Couverture végétale : trèfles, fraises et bleuets 
  • Cultures racines : topinambours, pommes de terre et patates douces  
  • Plantes grimpantes : raisins et mini kiwis

Dans une forêt comestible, il vaut mieux planter des vivaces, c’est-à-dire des plantes qui repoussent tous les ans, car elles demandent moins d’entretien et d’arrosage pendant l’été. Il faut aussi planter la végétation densément afin de réduire la quantité de plantes indésirables (voir la figure 3). L’autre avantage d’avoir un jardin diversifié, c’est que cette diversité attirera des insectes qui peuvent aider à minimiser la pression exercée par les organismes nuisibles et à polliniser d’autres plantes.

Le jardin-forêt suffit à ses propres besoins, car il contient des espèces qui fournissent des nutriments essentiels, comme l’azote, grâce à leurs feuilles, à leurs racines et à leurs gousses. À l’aide de la technique du « coupé-déposé », les élèves peuvent fertiliser leur jardin assez aisément et participer à une activité amusante et motivante tout en minimisant le recours aux engrais coûteux. 

Un jardin-forêt bien conçu comprend souvent un jardin pluvial, ce qui aide à mieux récupérer l’eau de pluie qui s’écoule des toits ou des stationnements environnants. Il existe de nombreuses façons originales de rediriger l’écoulement d’eau de pluie pour irriguer votre jardin, comme le mentionne cet article de la CBC (en anglais) qui parle d’EOS Éco-Énergie, un organisme de Sackville.

L’exploration, l’observation et la recherche d’emplacements idéaux pour vos arbres et vos plantes peuvent représenter une belle occasion d’apprentissage pour vos élèves. Essayez de créer une carte des alentours de l’école et faites participer les élèves au processus de conception de la forêt comestible. Informez-vous sur la série d’outils PocketLab qui sera présentée au printemps 2022 de l’année scolaire.

De nombreuses écoles néo-brunswickoises (Nackawic Middle School, Oromocto High School et Port Elgin Regional School, pour n’en nommer que quelques-unes) reconnaissent les bienfaits que peuvent représenter les espaces naturels, les jardins scolaires et les classes en plein air pour les élèves et pour leur expérience d’apprentissage globale.

Si vous hésitez toujours, voici une liste de raisons pour lesquelles votre école devrait se doter d’un espace naturel : 

  • Apprendre à faire pousser des aliments.
  • Étudier le cycle de vie des plantes (de la graine à la terre).
  • Observer l’importance des pollinisateurs et des insectes dans notre environnement.
  • Manger des plantes comestibles sauvages et non sauvages.
  • Apprendre les usages traditionnels des plantes.
  • Étudier la science du sol et apprendre comment enrichir le sol (compost, vermicompostage et réseau trophique du sol).
  • Offrir des occasions de capter et d’emmagasiner de l’énergie (eau de pluie, énergie renouvelable).
  • Enseigner aux élèves à être des défenseurs et défenseures des terres.
  • Apprendre la dynamique des eaux dans le paysage.
  • Faire pousser des aliments à partager avec la collectivité.
  • Observer la nature et interagir avec elle.
  • Travailler en équipe et acquérir des compétences en travail de collaboration.
  • Gérer des projets et fixer des objectifs.

Si vous souhaitez avoir de plus amples détails sur le processus d’aménagement d’un jardin-forêt, si vous cherchez à savoir comment obtenir un financement ou si vous avez besoin de conseils, communiquez avec l’équipe du Projet Gaia

Auteur : Adam Birchweaver, Agent des programmes éducatifs, Le Projet Gaia

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour plus d’histoires, de nouvelles et de mises à jour :

Facebook: www.facebook.com/gaiaproject

Instagram: @thegaiaproject_

Twitter: @gaiaproject

LinkedIn: @TheGaiaProject

  • J'ai travaillé pendant plus de 35 ans sur la thématique des changements climatiques. Je crois que le Projet Gaia a une pièce du casse-tête qui nous aidera à résoudre ce problème!

    George Dashner

    Ancien président du conseil d'administration

  • L'éducation est une composante clé de nos priorités en matière de commandite et ce programme (Sur la trace des ordures) était un jumelage parfait.

    Kate Shannon

    Communications et relations communautaires chez Canaport LNG

  • Je suis très honorée d'être membre du conseil d'administration de Gaia. C'est une occasion pour moi de redonner à une organisation qui nous a donné tant de belles expériences à moi et mes élèves. Ils ont réellement eu une influence marquée sur moi en tant qu'éducatrice.

    Carolyn Barnhart

    Chef du département de sciences à l'école Fredericton High School et membre du conseil d'administration du Projet Gaia

  • Les changements climatiques constituent un sujet très complexe pour la plupart d'entre-nous, mais le Projet Gaia sait rendre la thématique aux élèves de façon efficace. Lorsque les élèves se sentent outillés pour agir contre le phénomène, des progrès incroyables peuvent voir le jour!

    Tanya Legacy

    Enseignante à l'école Moncton High School