Écoblanchiment

Mar 15, 2021

Ma grand-mère était empressée de me montrer les nouvelles solutions de nettoyage qu’elle avait achetées à l’épicerie. Elle était tellement fière de sa nouvelle gamme de produits de nettoyage « verts ». Mon cœur a sombré. J’ai dû prendre une décision à ce moment-là : devais-je la féliciter pour ses efforts, ou bien éclater sa bulle écologique et tenter d’expliquer ce qu’était l’écoblanchiment?

Je ne me souviens pas exactement de ce que je lui ai dit, mais je sais que je n’ai pas été aussi délicate que j’aurais pu l’être. Je me trouve souvent dans cette même situation avec d’autres personnes qui abordent la question et j’aurais dû transmettre mes sentiments de façon aussi réfléchie que je le fais habituellement. Il y a très peu de marge entre l’éducation, l’autonomisation et les dures réalités en matière d’environnementalisme, et l’écoblanchiment ne fait pas exception, surtout quand il s’agit de votre grand-mère. 

Les solutions de nettoyage qu’elle avait achetées provenaient d’une entreprise populaire qui avait fait fortune au fil des décennies en vendant aux consommateurs des produits de nettoyage remplis de substances cancérigènes connues. Si vous vous êtes déjà demandé ce que le terme « écoblanchiment » signifie, je peux vous l’expliquer : c’est quand l’on utilise la tromperie pour commercialiser un produit ou un service comme étant respectueux de l’environnement, alors qu’il ne l’est vraiment pas.

Les gens se disputent en ligne sur les motivations ultimes des entreprises au sujet de l’écoblanchiment (mais en fait, tout fait l’objet de débats en ligne de nos jours). Les compagnies le font souvent pour continuer à gagner ou en faire davantage. L’écoblanchiment varie, que ce soit des titans de l’industrie qui utilisent la propagande pour faire avancer leurs programmes (peut-être par l’entremise de publicités à la radio autour de Noël) ou encore l’usage d’affirmations « vertes » trompeuses et sans fondement sur les produits de consommation.

Alors, comment les consommateurs et les citoyens peuvent-ils comprendre le côté trompeur de l’écoblanchiment?

Heureusement, l’Environmental Working Group (EWG) existe, et si vous n’avez pas encore consulté ses guides du consommateur, c’est le moment de le faire. À mon avis, l’EWG demeure la meilleure ressource dont nous disposons sur les produits de consommation; je ne mentionnerai donc même pas les autres, bien qu’elles existent. Vous pouvez faire une recherche sur les produits alimentaires, d’hygiène personnelle et d’entretien ménager dans la base de données de l’organisation pour voir la répartition des ingrédients. Vous y trouverez aussi toute préoccupation en matière de santé ou d’environnement.

À ce point, vous vous demandez peut-être pourquoi il y a sur les étagères des produits qui sont reconnus pour entraîner des problèmes pour la santé et l’environnement. Ne sommes-nous pas protégés contre ce type de situation? Ce qui est malheureux dans tout ça, c’est que les ingrédients nocifs des produits et les pratiques industrielles nuisibles sont souvent soumis à des tests appropriés, mais rapides… s’il y en a. Tant que les entreprises tirent des profits de ces pratiques, les choses changent rarement.

Mes cinq principaux conseils pour éviter l’écoblanchiment

  1. Apprenez à connaître les magasins d’aliments naturels de votre région et les produits qu’ils proposent. En général, les articles que vous voyez sur leurs étagères ont fait l’objet de beaucoup d’attention (et de recherches). 
  2. Cela ne signifie pas non plus que vous ne pouvez pas faire une recherche rapide des marques une fois que vous retournez à la maison. Découvrez le type d’initiatives que l’entreprise prend pour lutter contre son empreinte carbone et d’autres problèmes environnementaux et éthiques. 
  3. Quand vous achetez un article, assurez-vous qu’une liste d’ingrédients y figure. Le manque de transparence est l’un des plus grands signaux d’alarme de l’écoblanchiment. 
  4. En parlant d’ingrédients, sensibilisez-vous à ceux qui ont un drôle de nom (c’est dans ce genre de situation que les guides du consommateur de l’EWG sont vraiment utiles). 
  5. Enfin, nous faisons de notre mieux avec les renseignements et les ressources dont nous disposons. Nous ne vivons pas dans un monde parfait, et tout le monde ne peut pas éliminer complètement l’écoblanchiment en raison du grand nombre de variables. Les solutions sont simples : un plus grand nombre de personnes doivent adopter des options plus écologiques, plus propres et plus respectueuses de la planète.

Grâce à la défense et à l’activisme, les tendances de consommation changent en mieux. Heureusement, grâce aux possibilités d’éducation, comme ce billet de blogue, nous pouvons participer aux moyens déployés pour fournir aux autres les moyens d’atténuer les dures réalités auxquelles nous sommes confrontés en matière de destruction de l’environnement et de crise climatique. Le début du voyage est toujours le plus difficile, mais je vous promets qu’il devient plus facile. Vous finirez par créer une liste de marques et de produits de confiance qui correspondent à vos valeurs, et j’espère que vous pourrez expliquer l’écoblanchiment à votre grand-mère, mais avec un peu plus de délicatesse que je ne l’ai fait! 

Melissa Arseneault (auteure)

Melissa Arseneault (auteure)

 

Ressources supplémentaires :

  1. “Guide Against Greenwashing.” GRØNNVASKINGSPLAKATEN, Guide Against Greenwashing, gronnvasking.no/en/home.

Blogueuse invitée: Melissa Arseneault, Experte en vie écologique et coordinatrice de l’organisme Le vert n’est pas à la mode – c’est notre futur.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour plus d’histoires, de nouvelles et de mises à jour :

Facebook: www.facebook.com/gaiaproject

Instagram: @thegaiaproject_

Twitter: @gaiaproject

LinkedIn: @TheGaiaProject