À la recherche de projets d’énergie solaire passive dans les écoles

Fév 14, 2019

Par Hartley Prosser

Vous êtes-vous déjà demandé comment nous pourrions produire de la nourriture à longueur d’année? Tout en étant durable? Si le climat nordique de notre magnifique province n’offre pas beaucoup d’occasions durables pour l’agriculture à longueur d’année, une nouvelle méthode pourrait changer la donne. Et quelques écoles néo-brunswickoises se sont fait les fers de lance de ce changement! Ce nouveau mode de culture de légumes et d’autres aliments à longueur d’année se fait dans une serre solaire passive. Ces stations de végétation toutes douillettes (c.-à-d. les serres solaires passives) font leur apparition un peu partout dans la province et comme mentionné, dans les écoles!

Ces serres conservent leur chaleur en exploitant le sol en dessous de la structure et le soleil qui brille au-dessus. Avec cette méthode, les concepteurs ont recours aux ressources renouvelables préexistantes de la nature pour maintenir la serre à une température confortable et à des niveaux d’humidité optimaux pour la croissance végétale. Plus précisément, grâce à la capacité du sol à stocker la chaleur, l’énergie solaire peut être emmagasinée sous la serre et utilisée plus tard pour garder les plantes au chaud et en toute sécurité lorsqu’il fait froid dehors. En passant, les plantes de la serre ne sont pas seules : elles sont accompagnées de leurs amis, les poissons. Ces deux organismes s’entendent très bien : les plantes utilisent les déchets riches en nutriments produits par les poissons, tandis que les poissons profitent d’une eau propre et d’un milieu de vie bien équilibré. Cette relation plante-poisson porte le nom d’aquaponie ou de culture aquaponique. L’aquaponie imite la façon dont les plantes obtiennent leurs nutriments dans la nature. Ainsi, cette serre, qui utilise à la fois l’aquaponie et l’énergie solaire passive, est un véritable exemple de biomimétisme, c’est-à-dire de l’art d’imiter la nature. Imiter la nature, c’est facile et prometteur, alors nous invitons tout le monde à penser aux différentes façons dont la nature nous aide et comble nos besoins quotidiens!

Jusqu’à présent dans mon travail, j’ai pris connaissance de deux écoles qui ont embrassé la technique solaire passive et qui construisent des modèles de travail avec leurs élèves. Les possibilités d’apprentissage pratique de cette méthode sont illimitées et comprennent des domaines comme l’architecture, la construction, l’agriculture et la science de l’environnement, pour n’en nommer que quelques-uns. Le principal défi auquel j’ai été confronté en faisant la promotion de cette technologie dans les écoles, c’est de trouver un champion qui nous aidera à faire avancer un tel projet. Avec une enseignante championne ou un enseignant champion, les possibilités seraient illimitées!

À propos de l’auteur

Diplômé et formé en sciences de l’agriculture, Hartley est spécialisé dans la pensée basée sur les écosystèmes tels que: serres solaires passives auto-chauffantes, systèmes de culture par aquaponie, systèmes de toits verts, etc.

Cliquez ici pour en apprendre davantage à propos de Hartley.